Il reste encore -96 jours
Festival Forêt Follies 2017 Guéret Creuse 8 au 10 septembre 2017

 

BOIS, ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

 

Ce thème permet de connaître le contexte et l’importance de la prescription du bois comme matériau de construction. Seront mis en lumière l’abondance de la ressource, la contribution apportée par l’utilisation du bois à la lutte contre le réchauffement climatique et au développement local.


" En France à ce jour le bois énergie constitue la première des énergies renouvelables après l’hydraulique. Mais cet apport énergétique reste modeste, bien que la France dispose de la première surface forestière d’Europe Occidentale, car la forêt est incomplètement exploitée.

Cette sous exploitation n’est pas nécessairement négative à moyen terme si l’on considère que ceci se traduit par un accroissement du carbone stocké, donc bénéfique, vis à vis de la limitation de l’accroissement en cours de l’effet de serre. Par contre à long terme une mauvaise ou incomplète exploitation peut avoir des effets particulièrement néfastes si la décomposition de la biomasse dégage du méthane.

La forêt doit donc être regardée sous les deux aspects : le stockage de longue durée du carbone avec notamment l’utilisation en bois d’œuvre et par ailleurs le bois énergie. Le bois énergie n’engendre pas d’émissions nettes CO² tant que la surface boisée ne décroît pas (pas de déforestation) et que les coupes sont compensées par de nouvelles plantations.
La forêt occupe sensiblement 15 Millions d’hectares soit 27 % du territoire national. (on trouve par ailleurs: 15 Mha pour les cultures annuelles, 10 Mha pour les prairies, 4.1 Mha de landes alpages, 1.8 Mha de haies et arbres épars …)
 
 
A l’accroissement végétal naturel, correspond une fixation de carbone de 21.3 Mt par an. L’utilisation en bois énergie correspond à un rejet de carbone de 10 Mt/an. Le bilan carbone annuel est donc de 11.3 Mt C stockées à situer par rapport aux 115 MtC rejetées par les combustibles fossiles. En fait l’idéal serait de stocker soit en laissant la forêt croître, soit en stockant sous forme de composés longue vie (charpentes, meubles…). Mais de façon évidente la croissance ne peut être éternelle et progressivement cette croissance diminue, avant la destruction naturelle du bois avec rejet de CO² et éventuellement décomposition en méthane. La révolution: temps écoulé entre la naissance et la coupe des arbres mûrs, est ainsi d’environ 60 à 100 ans pour l’épicéa, de 150 ans pour le hêtre, de 180 ans et plus pour le chêne.
L’exploitation normale de la forêt pour une bonne qualité de bois d’œuvre suppose des coupes, la futaie à tailler et prise en compte du taillis. Il y a donc complémentarité bois d’œuvre et bois énergie. "

ACCUEIL LES THÈMES LES ACTUALITÉS VIDEOS ET PHOTOS ILS EN PARLENT CONTACT SPONSORS © Foretfollies.com Tous les droits réservés